ARTICLES

 

UNE METHODE SIMPLE POUR MESURER LA VITESSE DU SON / FACTEUR DE RAYONNEMENT DANS LES BOIS POUR TABLE D’HARMONIE.


 

Chris Van Heddegem, CMB Puurs 2012-2013

Introduction

La construction d’instruments de musique commence tout d’abord par la sélection des matériaux les plus appropriés.
Le paramètre le plus important des matériaux pour tables d'harmonie est le facteur de rayonnement (radiation ratio), qui dépend de la rigidité et de la densité des matériaux et qui est calculé en divisant la vitesse du son par la densité. De préférence, ce rapport sera supérieur à 15 (en long des cernes), un facteur de rayonnement élevé correspond à un volume de son élevé.
Traditionnellement les bois pour table d’harmonie sont examinés manuellement par flexion pour obtenir une idée de la rigidité et en estimant le poids. Cependant avec des moyens simples qui sont maintenant couramment disponibles il est également possible de calculer le facteur de rayonnement sur base de quelques mesures simples.

 

CONSTRUCTION D'UNE TABLE D’HARMONIE DE GUITARE COMPOSITE


 

Rapport d'une présentation donnée par Gernot Wagner le 14 mai 2010 au château de Hingene, Belgique.
Auteur: Chris Van Heddegem, CMB Puurs

Résumée

Au festival de guitare Corde Factum,14 mai 2010 Gernot Wagner a donné un exposé sur la fabrication d'une table d’harmonie composite1 pour guitare. Matériaux, outils et méthodes de travail ont été discutées.

Introduction

La première guitare avec table d’harmonie double a été construite par Matthias Dammann (MD) en Allemagne dans les années 1980. MD a eu l'idée de construire une table d’harmonie à partir de 2 feuilles très minces de bois de lutherie intercalées d’une structure de barres collées en diagonale. Le résultat était très satisfaisant, mais la structure en elle-même était fort compliquée.

 

MECANIQUES POUR LA GUITARE CLASSIQUE.


 

Chris Van Heddegem, CMB Puurs, Gitaarbouw 2010-2011

Waverley stemmechaniekL’ origine des mécaniques pour la guitare remonte jusqu’au début du 19e siècle, peu de temps après la révolution industrielle, quand le progrès dans la construction mécanique rendait la fabrication de roue et vis sans fin possible. Particulier à cette construction est le fait que ce dispositif est ‘irréversible’, ce qui signifie que si la vis peut entraîner la roue, la roue ne peut pas, en raison des frottements et de l'angle de l'hélice de la vis. Il n'est donc pas surprenant que les chevilles étaient remplacées par les mécaniques roue et vis sans fin qui sont techniquement supérieures. Jusqu'au début de la première moitié du 20e siècle, la vis sans fin était positionnée avant la roue donc vers le joueur, comme illustré sur la photo. (Waverley (?) Mécaniques sur une guitare Martin’s 1907)

Schaller stemmechaniek

 

 Plus tard, la position de la vis sans fin a été changée et elle est placée actuellement derrière la roue comme illustré sur la photo (Schaller LG1). La raison de ce changement n’est pas du tout claire surtout qu’il n’y a aucune raison technique pensable pour justifier ce changement; il est fort probable que ce changement est simplement lié à la disponibilité des composants.